Jeune femme qui court dans la rue
Santé, Sport

La course à pied à jeun qu’est ce que c’est ?

La course à pied à jeun est pratiquée par de nombreux sportifs pour ces bénéfices. Cependant elle peut faire peur aux non-initiés. En quoi ça consiste ? Quels sont ses bienfaits ?

En quoi ça consiste ?

Il s’agit tout simplement de courir le matin après s’être levé sans avoir mangé. Le dernier repas que vous avez ingéré date de la veille au soir et l’organisme a eu tout le temps nécessaire pour assimiler, digérer et absorber ce repas. Les réserves de l’organisme sont donc plus basses qu’en fin de journée, mais ne sont pas épuisées non plus.

Courir à jeun oblige votre corps à aller puiser dans les réserves de l’organisme pour tenir l’effort.

Courir à jeun, une solution pour mincir ?Pommes rouges avec un ruban pour mesurer les mensurations

Il ne faut pas se faire de fausses idées. Cette pratique permet certes de brûler plus de gras et de sucre, mais dans la journée l’organisme reconstitue ses réserves dès que l’on mange afin de pouvoir fonctionner normalement. Pour mincir, il faudrait que l’organisme n’ait pas le temps de reconstituer ses réserves de graisses et de sucre (donc manger peu) et enchaîner les séances d’entrainement à jeun… Difficilement concevable.

Mais lors quels sont ses bienfaits ?

Femme qui s'entraîne dans une salle de sportCourir à jeun vous permet d’entraîner votre physique…

Elle permet d’entraîner votre corps à réaliser un effort en allant puiser dans ses stocks pour alimenter en énergie vos muscles.

Un effort similaire à celui que vous produisez lors d’une fin de course. En courant à jeun, votre corps va s’habituer à travailler en puisant dans vos réserves et fournir des performances optimales quand vous êtes en fin de parcours.

… Et votre mental !

Votre corps sort du repos et vous le sollicitez directement pour réaliser un effort physique, ce qui va réclamer motivation et force mentale.

En plus, quoi de mieux de commencer la journée par une activité sportive et de profiter aussi de tous les plaisirs de l’après run : la satisfaction après votre séance, une douche, un bon petit-déjeuner, et l’esprit frais et le corps parfaitement réveillé pour commencer votre journée.

coureuse qui lève les bras vers le ciel

Pour ceux qui veulent essayer

  • Hydratez-vous avant la séance, notamment dès votre réveil.
  • Échauffez-vous avant de partir pour sortir de la période de repos.
  • Emportez avec vous un encas, pour éviter de vous sentir mal vu que votre corps n’est pas habitué.
  • Pendant la séance ne forcez pas ! Si vous ne vous sentez pas bien, marchez pour récupérer et manger. Privilégiez peut-être les petites séances au début pour habituer votre corps et augmentez au fur et à mesure la durée de vos entraînements.
  • Mangez après la séance, en vous préparant un bon petit-déjeuner pour favoriser la récupération de votre organisme.

 

 

Nutrition, Sport

Zoom sur les acides aminés

Les acides aminés, qu’est-ce que c’est ?

Aujourd’hui, de nombreux produits pour les sportifs contiennent des acides aminés. Mais savez-vous vraiment ce que c’est ?

→ Les acides aminés sont les composants moléculaires des protéines. C’est la structure des protéines. Protéine = assemblage d’acides aminés. 

Il en existe 20, 8 sont dits « essentiels » car ils ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme. Ces derniers vont être apportés par une alimentation protéinée ou par des compléments alimentaires, avec une quantité adéquate.

L’enjeu est que le muscle doit réussir à synthétiser plus de protéines qu’il n’en dégrade. En effet, le muscle va puiser les protéines dans le sang, il va se renforcer, s’épaissir, donner l’ordre aux cellules musculaires de grossir et de mieux récupérer. Sinon, il va puiser dans ses réserves d’acides aminés, avec comme conséquence un équilibre fragile et des carences.

Pourquoi en prendre en tant que sportif ?

Le besoin en acides aminés est accru lors d’un programme sportif intense. Notamment parce qu’ils jouent un rôle important dans la construction musculaire, la réparation et la récupération.

  • Participation au bon fonctionnement du corps : Pour faire fonctionner et renouveler les cellules
  • Apport complémentaire en énergie
  • Participation à des niveaux physiologiques : économie d’énergie, fatigue nerveuse, équilibre de l’anabolisme
  • Réduction dégradation des muscles actifs
  • Minimisation de la dégradation des stocks de glycogène

Les BCAA

Les BCAA ou acides aminés branchés désignent :

  • La leucine: source d’énergie, prise de masse musculaire et favorise récupération musculaire
  • L’isoleucine : production d’énergie, favorise une récupération plus rapide et prévient le catabolisme
  • Valine : aide à la réparation des tissus

Où en retrouver ?

Les acides aminés se trouvent donc dans tous les aliments sources de protéines. En supplémentation, on en trouve dans les poudres de protéines, d’origine animale ou végétale. Pour vous aider à faire votre choix, lisez notre article «Bien choisir sa poudre de protéines».

Pour faire le plein d’acides aminés, découvrez nos protéines végétales BIO : Riche en protéines 50% et contient tous les acides aminés essentiels et les BCAA’s !

Santé

Sport intensif et stress oxydatif

Un processus naturel…

Mais qu’est-ce que le stress oxydatif?

Petite explication technique: Dans « stress oxydatif », le mot « stress » n’a pas la même signification que le stress psychique. Il s’agit d’une agression chimique oxydative de notre organisme, due à un excès de molécules particulièrement nocives que l’on appelle les radicaux libres.

Les réactions d’oxydation dans les cellules sont des phénomènes habituels et normaux. En effet, le métabolisme cellulaire produit en permanence des espèces oxygénées réactives pour assurer ses fonctions principales, dont la respiration. Les radicaux libres, sortes de « toxines » internes sont normalement éliminés par des systèmes de défenses enzymatiques ou biochimiques.

Plus d’informations sur http://www.stress-oxydatif.com/stress_oxydant/definition.shtml

Renforcé chez les sportifs

Lors d’efforts intensifs, la production de radicaux libres augmente de façon importante, ce qui entraîne des dommages structurels au niveau des cellules :

– Désorganisation des structures membranaires

– Oxydation des lipoprotéines circulantes qui ne peuvent plus être épurées

– Oxydation de protéines qui perdent alors leur fonction

– Fragmentation de l’ADN

Les conséquences directes sont une diminution de la force musculaire et l’apparition précoce de la fatigue. A long terme, le stress oxydatif touche l’ensemble des tissus et des métabolismes, et participe, de ce fait, à un grand nombre de pathologies : inflammation, maladies cardiovasculaires, cancers… Il est également responsable du vieillissement prématuré des tissus, provoquant, notamment, une accentuation des rides.

Comment limiter le stress oxydatif ?

Pour limiter le stress oxydatif et ses effets néfastes, il faut fournir à l’organisme des molécules antioxydantes :

  • Oligo-éléments : sélénium, zinc, cuivre…
  • Vitamines : C, E

Les fruits et légumes sont riches en substances antioxydantes (vitamines, polyphénols, caroténoïdes…) Cependant, l’appauvrissement des fruits et légumes en nutriments, conséquence des modes de production intensifs, rend souvent nécessaire le recours à une supplémentation.

Que choisir ?

Il y a de nombreux antioxydants:

La Phycocyanine :

Association de protéines (famille des phycobiliprotéines) et de pigments (famille des phycobilines). Des études démontrent que la phycocyanine a une activité antioxydante 70 fois plus importante que la SOD (Super Oxyde Dismutase) et 20 fois plus puissante que la vitamine C. La phycocyanine stimule également la sécrétion de l’hormone érythropoïétine (EPO), favorisant la production des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes… et passe aux contrôles anti-dopage.

spiruline en poudre

La phycocyanine se trouve quasi exclusivement dans la spiruline, une micro-algue d’eau douce qui renferme également une mine de nutriments (protéines 65%, vitamines, minéraux, acides aminés dont les 8 acides aminés essentiels) et d’autres substances antioxydantes (SOD, sélénium, bétacarotène). Les bénéfices sont donc multiples pour le sportif : énergie, antioxydant, endurance, récupération… Pour en profiter au maximum, choisissez une spiruline apportant + de 15% de phycocyanines.

 

Le Coenzyme Q10 :

coenzyme q10Naturellement présent dans la mitochondrie des cellules, lieu de production d’énergie (ATP), le Q10 joue deux rôles interdépendants :

  1. Puissant antioxydant qui protège les membranes cellulaires contre les radicaux libres.
  2. Molécule bioénergétique qui active la production d’ATP (énergie cellulaire).

Dans le cadre de la pratique sportive, le Q10 contribue à réduire la fatigue, à renforcer les niveaux d’énergie, à améliorer la fréquence cardiaque, à élever la Vo2max. Un apport journalier de 100 mg est recommandé.

La Papaye fermentée :

papaye fermentéeObtenue par broyage des fruits, puis fermentation par des levures, à une certaine température pendant des mois. La fermentation permet une augmentation conséquente des substances antioxydantes contenues dans le fruit frais. Cela l’enrichit, de plus, en nouveaux composés antioxydants.

La papaye fermentée contient:

  • Glutathion peroxydase: protéine naturellement présente dans l’organisme qui exerce une action régénératrice des cellules immunitaires
  • Super Oxyde Dismutase: naturellement présente dans l’organisme, cette enzyme antioxydante majeure active les défenses cellulaires naturelles
  • Catalase: enzyme présente au sein des cellules qui protège l’hémoglobine et l’ADN contre l’oxydation

Pour une assimilation maximale, il est recommandé d’associer à la papaye fermentée de la vitamine C, naturelle de préférence, qui agit comme un booster.

 

Santé

Les articulations du sportif

Entraînements assidus, mouvements répétitifs, traumatismes : la pratique sportive peut, à terme, fragiliser le capital osseux et articulaire des sportifs et causer des contre-performances. Prendre soin de ses articulations, à titre préventif ou curatif, est indispensable chez le sportif qui veut continuer encore longtemps la pratique de son sport. Si les échauffements, étirements, massages font partie d’une bonne hygiène de vie sportive, l’alimentation et la supplémentation nutritionnelle (phytothérapie) en constituent le pilier.

La nature au chevet des articulations fragilisées

  • Silicium

C’est l’un des principaux minéraux du corps humain qui en contient 6 à 8 grammes. Il est présent dans tous les tissus de soutien de l’organisme (tissus conjonctifs, os, cartilages, tendons, muscles), dans la peau et les phanères (cheveux et ongles). Il est indispensable à la croissance cellulaire et à la trophicité des tissus ; nécessaire à la biosynthèse du collagène, de l’élastine et de l’acide hyaluronique. Il possède des propriétés analgésiques, réparatrices et ostéo-protectrices.

Pour compenser la perte naturelle en silicium liée à l’âge et la faible disponibilité du silicium présent dans les aliments, une supplémentation est bénéfique. Il existe plusieurs façons de profiter des bienfaits du silicium : en gélules, à boire ou en application cutanée, pour un effet apaisant sur les muscles et les articulations. Le silicium présent dans les compléments alimentaires peut être d’origine végétale (bambou, prêle, ortie…), minérale ou organique.

  • Chondroïtine et Glucosamine

Le sulfate de chondroïtine est naturellement présent dans le tissu conjonctif. C’est un constituant essentiel de la substance osseuse et cartilagineuse. Le principal intérêt du sulfate de chondroïtine est d’augmenter les mécanismes de défense et de reconstruction du cartilage articulaire. Sa fonction est de maintenir la pression osmotique, en absorbant l’eau, et d’aider à hydrater le cartilage. Il sert d’agent chondroprotecteur en protégeant le cartilage contre les réactions enzymatiques et contre les dommages dus aux radicaux libres.

La glucosamine est fabriquée par l’organisme à partir du glucose et de la glutamine, un acide aminé. La glucosamine joue un rôle crucial dans le maintien de l’intégrité du cartilage des articulations. Lorsque le processus de fabrication de la glucosamine se dérègle, les cartilages se mettent à dégénérer et l’arthrose s’installe.

L’association glucosamine-chondroïtine est la pièce maîtresse du traitement nutritionnel de l’arthrose. Dans les compléments alimentaires, ces deux substances sont issues du monde marin : carapaces de crustacés, encornets…

  • Acide Hyaluronique (AH)

acide_hyaluronique_micro1

Naturellement présent dans l’organisme, l’AH est un composant du liquide synovial qui sert, dans les articulations, à lubrifier le cartilage et les tendons, tout en amortissant les chocs. L’AH aide à protéger les articulations, en augmentant la viscosité du liquide synovial et en rendant le cartilage plus élastique. La quantité native d’AH décline avec l’âge. Pour retrouver une meilleure visco-élasticité du liquide synovial et donc limiter les risques d’arthrose prématurée, des professionnels de santé pratiquent des injections d’AH. Il existe aussi d’autres méthodes, non invasives, comme la supplémentation en Acide Hyaluronique (phytothérapie). Dans les compléments alimentaires, l’AH peut être d’origine animale (crêtes de coq) ou biofermentaire. Pour s’assurer d’avoir le bon produit, il faut veiller au respect de deux critères essentiels :

– Le poids moléculaire de l’AH qui détermine sa vitesse et sa facilité d’assimilation. Un bas poids moléculaire est rapidement assimilé et rapidement dégradé (il reste peu de temps dans l’organisme) ; un haut poids moléculaire est peu assimilable (nécessité de fractionner la molécule pour l’assimiler). L’idéal est donc de choisir un poids moléculaire intermédiaire qui sera absorbé de façon progressive et permettra de profiter simultanément d’une action rapide et prolongée.

– Le support de l’AH. Lorsque l’AH est sur un support huileux (huile végétale), sa biodisponibilité est augmentée par rapport aux AH sous forme sèche (poudre intégrée dans une gélule ou un comprimé).

Retrouvez tous nos compléments alimentaires pour les articulations