kévin miquel de nouveaux defis pour 2018
Sport

Kévin Miquel : de nouveaux défis pour 2018

Comment s’est déroulé ton année 2017 ?

Interview Kévin Miquel

J’ai terminé 30ème au classement général de la coupe du Monde de 2017.

Tu peux nous expliquer plus en détails ce qu’est l’enduro ?

Ce sont des courses que l’on effectue sur 50 à 60 kilomètres. C’est une discipline plutôt jeune qui se démarque par rapport aux autres, car c’est une course répartie en plusieurs sections : des descentes chronométrées et des portions, souvent des montées, non chronométrées, qu’il faut effectuer dans une limite de temps à ne pas dépasser. Il faut donc savoir descendre, bien sûr, mais aussi grimper ! Tu n’as pas le droit l’erreur.

Quand tu n’es pas en compétition, tu fais quoi ? 

J’aide mon grand-père avec son club de vélo de Cavaillon, le « Véloroc » qui a été créé en 1994. Je donne des cours aux jeunes de 6 à 16 ans.

Sinon, de septembre à novembre, c’est le moment où je m’accorde des vacances. Et de novembre à février, je m’entraîne en combinant dans mon programme de la musculation, de la course à pied et du squash. C’est important de faire une préparation multi-sports pour travailler différents muscles, mais attention à ne pas trop en abuser sinon les traumas arrivent vite.

Tu as changé d’équipe récemment ? 

logo sun

J’ai rejoint Sunn Enduro Team il y a quelques semaines.

Nous sommes 2 pilotes moi et Théo Galy et il y a aussi un mécano et un manager.

Quels sont tes prochains objectifs avec Sunn Enduro ?

Être dans le top 15 mondial voire atteindre le top 10 dans certaines manches.

Consommer des produits bio c’est important pour toi ?

Oui très ! Souvent on me regarde de travers quand je dis que je prends des compléments alimentaires. C’est un peu tabou dans le monde du sport, certains le comparent à du dopage, mais ce n’est pas du tout ça !

Ce sont des produits à base de plantes et sains. Il faut prendre bien sûr des produits bio et de bonne qualité, mais on en ressent vraiment les effets.

Justement, ta routine Natural Nutrition Sports c’est quoi ?

Je prends tous les jours de la Spiruline, mais hors compétition je stoppe la cure pendant 3 semaines. Elle m’apporte le coup de boost dont j’ai besoin, pendant l’effort mais aussi lors de la récupération.

Il y a aussi le Coenzyme Q10 car j’ai des problèmes de tachycardie. On m’a conseillé d’en consommer et depuis 2 ans je n’ai pas eu de crise alors que je ne réduis pas ma charge d’entraînement.

J’ajoute à ma routine le Silicium en gel et en gélules pour prendre soin de mes articulations et en cas de blessure.

Je consomme aussi de la Papaye fermentée 3-4 jours avant et pendant une compétition. Je trouve le goût agréable et ça m’évite d’avoir des coups de fatigue.

Et de temps en temps, quand je fais une grosse séance ou une compétition, j’utilise les Protéines végétales dans mes smoothies, mes gâteaux pour éviter les hypoglycémies pendant l’effort.

marathonienne en train de sourir
Santé, Sport

Pourquoi courir ?

La course à pied est un sport qui séduit c’est un fait, car le nombre de coureurs a beaucoup progressé en quelques années. Aujourd’hui, la course à pied est devenue le sport tendance et à déjà montré ses bienfaits sur le corps et l’esprit. Mais alors pourquoi courir ?

Faire de la course à pied influence l’espérance de vie

Si vous couriez 2h30 par semaine environ, sachez que, d’après une étude danoise de 2012, que les hommes gagneraient 6,2 années de vie, et les femmes, 5,6 en moyenne.

Elle permet aussi de faire attention à sa ligne

famme qui mesure son tour de taille

Un des bienfaits les plus connus et attribué à la course à pied est qu’il consomme beaucoup de calories !  Mais le muscle pèse plus lourd que le gras.

Pour perdre sa masse graisseuse, il vaut mieux privilégier les entraînements à allure lente sur durée longue mais adaptée à votre programme pour vous muscler et éviter que votre corps passe en état de stress.  Rien de tel pour vous empêcher d’atteindre vos objectifs.

Attention, il ne faut pas non plus mettre de côté les séances intensives. Vous pouvez varier l’allure de votre course, cela vous évitera d’être lassé.

Le running bon pour le cœur…

Pendant l’effort, il y a une augmentation du rythme cardiaque. Ce processus permet de favoriser la circulation sanguine et donc d’oxygéner votre corps. On muscle son cœur et on contribue à préserver sa santé.

… Et l’esprit !

femme qui lève les bras vers le ciel

​Un des bienfaits de la course à pied est que le physique et le mental ne sont pas dissociés. Pour continuer à courir quand on débute, il faut avoir confiance en soi et persévérer pour dépasser le fait que notre corps et notre esprit nous dit d’arrêter et que la course à pied ne procure aucun plaisir.

Pratiquée régulièrement, la course à pied aide à retarder le vieillissement cellulaire ou musculaire et renforce le système immunitaire.

 

fille qui court dans un parc
Santé, Sport

6 conseils pour un runner débutant

2018 est arrivée et vous avez décidé de commencer à faire de la course à pied ? Courir, ce n’est pas seulement mettre ses baskets, il faut un minimum réfléchir à comment on va appréhender tout cet univers. Voici 6 conseils pour les runners débutant.

Conseil n°1 : Trouver sa paire de baskets

Le choix des chaussures est primordial pour la course à pied. Il faut aller en magasin et vous faire conseiller par un professionnel avant de choisir votre modèle. Pour cela, il vous fera automatiquement courir sur un tapis de course pour voir si votre foulée est universelle, pronatrice ou supinatrice pour vous faire éviter tout risques de blessures.

La pronation c’est quand on a une inclinaison du pied vers l’intérieur. La supination, une inclinaison du pied vers l’extérieur, et la foulée universelle, à un alignement parfait du pied lors de la course ou de la marche.

Se sentir bien dans ses baskets, c’est avoir toutes les cartes en main pour bien courir.

Pensez aussi à changer au moins deux fois par an vos paires de chaussures mais évitez de changer trop souvent de modèle !

 

Conseil n°2 : Equipez-vous de manière adéquate

Homme sur un pont qui s'étire

Vos achats varieront en fonction de la saison. Pour l’hiver munissez-vous de bonnets, de paires de gants et d’une polaire sans oublier bien sûr les collants et le manteau. Pour les beaux jours, il vous suffit d’avoir des shorts et t-shirts.

Comme pour les baskets vous devez vous sentir bien dans vos vêtements !

 

Conseil n°3 : Etre raisonnable quand on se fixe des objectifs

Se fixer un objectif raisonnable, même s’il ne s’agit que de courir 1h par semaine est important pour ne pas abandonner. Vous pouvez demander des conseils à des runners plus expérimentés pour construire avec vous un plan d’entraînements adaptés et éviter de faire des erreurs qui vont vous empêcher d’atteindre vos objectifs.

 

Conseil n°4 : Avoir un mode de vie sain

Avoir une alimentation équilibrée et un sommeil réparateur en cohérence avec les efforts fournis vous permettent d’atteindre voire d’améliorer vos performances. Négligez ces 2 points et vous n’aurez sur le long terme les résultats que vous attendez. Certaines plantes ou algues, telles que le spiruline, peuvent vous donner le coup de pouce supplémentaire.

Conseil n°5 : la motivation, la base pour faire du sport

2 hommes qui courent

Le corps doit être challengé pour progresser. Faire de la course à pied c’est une discipline qui implique le runner à fournir de réels efforts sans oublier le temps de repos sinon gare aux blessures.

Conseil n° 6 : Courir en groupe

Même si courir est un sport individuel, courir en groupe permet de dépasser ses objectifs et d’avoir un entrainement quotidien. Ils se révèlent qualitatifs pour vous, votre motivation et votre santé.

Frédéric soira
Nutrition, Sport

Frédéric Soira au marathon de New York

Pratiquant la course à pied en amateur éclairé, Frédéric est testeur des produits Natural Nutrition Sports. Il a participé à une dizaine de marathons, dont un marathon en 3h32, et participe à des courses locales dans le Luberon (et ailleurs) régulièrement.

A l’occasion de son 55eme anniversaire, Frédéric s’est offert un beau cadeau en participant au marathon de New York en novembre dernier. Il nous livre ses impressions sur son marathon.

Comment s’est passé ton marathon ?Frédéric soira

J’avais pour objectif de terminer avec un temps de 4h30, car ma préparation était un peu insuffisante. J’ai rapidement trouvé une bonne allure, car je me sentais très bien, et j’ai réussi à maintenir cette allure sans grosses difficultés jusqu’au 37eme kilomètre. Les 5 derniers kilomètres ont été un peu plus difficiles, mais j’ai terminé en 4h14, ravi.

Et l’ambiance ?

Excellent ambiance, malgré l’attentat qui avait eu lieu quelques jours plus tôt. Les gens sont là du début à la fin du parcours, à tendre des bouteilles d’eau, des éponges, des en-cas, ou bien à t’encourager. Dans les moments difficiles, c’est le public qui te porte.

Et tes sensations pendant la course ?

Compte tenu de mon manque de préparation, je pensais souffrir bien davantage. Mais ce fut une bonne surprise, j’ai ressenti une sensation de confort, de bien-être, de relative facilité pendant la course.

Et j’ai aussi particulièrement bien récupéré après la course. Les douleurs avaient disparu dès le lendemain et la fatigue s’est vite estompée, là ou général je « marche sur des œufs » pendant plusieurs jours. Je n’ai pas eu non plus de fringales ou de coup de pompes sur ce marathon.

Quels compléments as-tu utilisés ?

Frederic soira au marathon de New YorkJ’ai utilisé avant et pendant ma préparation CLA Fitness 4000 et Maxi Tonic de la marque Natural Nutrition.

Et pendant ma préparation et après l’épreuve, j’ai utilisé la Spiruline  Natural Nutrition Sport.

J’ai augmenté progressivement les doses afin d’éviter d’éventuels désordres intestinaux :

 

  • 1er jour : 1 matin, 1 midi
  • 2eme jour : 2 matin, 2 midi
  • 3eme jour : 3 matin, 3 midi
  • 4eme jour : 4 matin, 4 midi
  • 5eme jour : 5 matin, 5 midi
  • Puis 10 par jour par la suite.

Et en quoi t’ont-ils aidé ?

Comme je le disais, une sensation de confort et de « facilité » pendant la course. On fatigue bien sûr, mais ce niveau de fatigue diminue et arrive plus loin en course. Et je le remarque aussi sur les dernières courses que j’ai faites depuis le marathon.

Je constate aussi dans mon quotidien et mon travail un mieux-être général, plus de tonus, ce qui m’amène à être plus serein et concentré dans mon métier.

Prochains rendez-vous ?

Je referai le marathon de New York, c’est sûr, mais en 2018 sans doute Berlin (liens vers le site).