kévin miquel de nouveaux defis pour 2018
Sport

Kévin Miquel : de nouveaux défis pour 2018

Comment s’est déroulé ton année 2017 ?

Interview Kévin Miquel

J’ai terminé 30ème au classement général de la coupe du Monde de 2017.

Tu peux nous expliquer plus en détails ce qu’est l’enduro ?

Ce sont des courses que l’on effectue sur 50 à 60 kilomètres. C’est une discipline plutôt jeune qui se démarque par rapport aux autres, car c’est une course répartie en plusieurs sections : des descentes chronométrées et des portions, souvent des montées, non chronométrées, qu’il faut effectuer dans une limite de temps à ne pas dépasser. Il faut donc savoir descendre, bien sûr, mais aussi grimper ! Tu n’as pas le droit l’erreur.

Quand tu n’es pas en compétition, tu fais quoi ? 

J’aide mon grand-père avec son club de vélo de Cavaillon, le « Véloroc » qui a été créé en 1994. Je donne des cours aux jeunes de 6 à 16 ans.

Sinon, de septembre à novembre, c’est le moment où je m’accorde des vacances. Et de novembre à février, je m’entraîne en combinant dans mon programme de la musculation, de la course à pied et du squash. C’est important de faire une préparation multi-sports pour travailler différents muscles, mais attention à ne pas trop en abuser sinon les traumas arrivent vite.

Tu as changé d’équipe récemment ? 

logo sun

J’ai rejoint Sunn Enduro Team il y a quelques semaines.

Nous sommes 2 pilotes moi et Théo Galy et il y a aussi un mécano et un manager.

Quels sont tes prochains objectifs avec Sunn Enduro ?

Être dans le top 15 mondial voire atteindre le top 10 dans certaines manches.

Consommer des produits bio c’est important pour toi ?

Oui très ! Souvent on me regarde de travers quand je dis que je prends des compléments alimentaires. C’est un peu tabou dans le monde du sport, certains le comparent à du dopage, mais ce n’est pas du tout ça !

Ce sont des produits à base de plantes et sains. Il faut prendre bien sûr des produits bio et de bonne qualité, mais on en ressent vraiment les effets.

Justement, ta routine Natural Nutrition Sports c’est quoi ?

Je prends tous les jours de la Spiruline, mais hors compétition je stoppe la cure pendant 3 semaines. Elle m’apporte le coup de boost dont j’ai besoin, pendant l’effort mais aussi lors de la récupération.

Il y a aussi le Coenzyme Q10 car j’ai des problèmes de tachycardie. On m’a conseillé d’en consommer et depuis 2 ans je n’ai pas eu de crise alors que je ne réduis pas ma charge d’entraînement.

J’ajoute à ma routine le Silicium en gel et en gélules pour prendre soin de mes articulations et en cas de blessure.

Je consomme aussi de la Papaye fermentée 3-4 jours avant et pendant une compétition. Je trouve le goût agréable et ça m’évite d’avoir des coups de fatigue.

Et de temps en temps, quand je fais une grosse séance ou une compétition, j’utilise les Protéines végétales dans mes smoothies, mes gâteaux pour éviter les hypoglycémies pendant l’effort.

les tracas de la course à pied
Santé, Sport

Les tracas engendrés par la course à pied

Nous avions découvert dans l’article « Pourquoi courir ? » les bienfaits de la course à pied. Mais si la pratique de ce sport vous apporte de réels bénéfices, il faut aussi parler des tracas qu’elle peut vous causer, notamment quand celui-ci est pratiqué de façon régulière, voire intensive.  Pour pallier ce type de problèmes, il faut savoir les anticiper.

La course à pied peut provoquer certaines douleurs

Courbatures et points de côté seront au rendez-vous durant vos premiers entraînements. Privilégiez au tout début des sorties courtes, environ de 15 à 30 minutes en alternant marche et course. Vous pourrez augmenter par la suite la durée de votre séance.

Prenez soin de vos articulations ! illustration d'un genoux qui est fragilisé

Courir peut engendrer des traumatismes pour vos articulations, votre dos et vos tendons. Vous pouvez faire attention au choix de vos chaussures comme nous l’avons mentionné dans l’article qui évoque les 6 conseils pour runners débutants.

En effet, nous avons un type de foulée différent les uns des autres et le choix des chaussures est primordial pour prévenir les douleurs articulaires. Pensez aussi à faire des étirements adaptés pour les jambes et les pieds.

Préférez les sentiers en forêt ou les pistes en stabilisé dans les stades pour vos entraînements plutôt que le bitume qui va renforcer ces traumatismes.

Pour pouvoir anticiper ces petits tracas, nous vous orientons vers le silicium en gélules ou en gel, qui va contribuer à protéger votre capital articulaire (cartilages, tissus osseux, tendineux et vasculaires) soit par une action ciblée, soit par une action en profondeur. Ils peuvent être couplés à l’acide hyaluronique qui va jouer un rôle d’amortisseur de choc pour les articulations et de lubrifiant.

Prenez soin de votre microbiote intestinal !

En effet, beaucoup de sportifs se plaignent de désagréments au niveau digestif, ce qui peut nuire à leurs performances. Un système digestif sain permet d’améliorer l’assimilation et la digestion des nutriments ingérés.

Adopter une alimentation saine, riche en ferments lactiques, aide les sportifs à contrer les troubles digestifs, notamment la porosité de la muqueuse intestinale.

Utilisé de façon ponctuelle ou en programme de fond, les ferments lactiques vont agir au niveau de la synthèse de vitamines, l’absorption du calcium, du fer et du magnésium. Ils vont aussi venir diminuer l’inflammation du tube digestif.

Courir peut rendre dépendant et engendrer du stress !

La course à pied peut rendre accro avec la sécrétion d’endorphine et les effets sur le poids. A haut niveau, les praticiens de santé mettent en garde les femmes contre les risques d’ostéoporose et d’aménohrrée.

Peur de perdre, de l’échec, peur de se blesser…Les raisons sont nombreuses, pour les sportifs qui cherchent à atteindre un certain niveau de performances, d’être stressé, notamment à l’approche d’une compétition.

La Rhodiola Rosea, est une excellente alternative qui va venir aider l’organisme à gérer les situations de stress physique et psychique (concentration, mémoire, réactivité). Associée à du magnésium, elle va faciliter la récupération du sportif.

femme sur une poste d'athlétisme qui est énervée

Frédéric soira
Nutrition, Sport

Frédéric Soira au marathon de New York

Pratiquant la course à pied en amateur éclairé, Frédéric est testeur des produits Natural Nutrition Sports. Il a participé à une dizaine de marathons, dont un marathon en 3h32, et participe à des courses locales dans le Luberon (et ailleurs) régulièrement.

A l’occasion de son 55eme anniversaire, Frédéric s’est offert un beau cadeau en participant au marathon de New York en novembre dernier. Il nous livre ses impressions sur son marathon.

Comment s’est passé ton marathon ?Frédéric soira

J’avais pour objectif de terminer avec un temps de 4h30, car ma préparation était un peu insuffisante. J’ai rapidement trouvé une bonne allure, car je me sentais très bien, et j’ai réussi à maintenir cette allure sans grosses difficultés jusqu’au 37eme kilomètre. Les 5 derniers kilomètres ont été un peu plus difficiles, mais j’ai terminé en 4h14, ravi.

Et l’ambiance ?

Excellent ambiance, malgré l’attentat qui avait eu lieu quelques jours plus tôt. Les gens sont là du début à la fin du parcours, à tendre des bouteilles d’eau, des éponges, des en-cas, ou bien à t’encourager. Dans les moments difficiles, c’est le public qui te porte.

Et tes sensations pendant la course ?

Compte tenu de mon manque de préparation, je pensais souffrir bien davantage. Mais ce fut une bonne surprise, j’ai ressenti une sensation de confort, de bien-être, de relative facilité pendant la course.

Et j’ai aussi particulièrement bien récupéré après la course. Les douleurs avaient disparu dès le lendemain et la fatigue s’est vite estompée, là ou général je « marche sur des œufs » pendant plusieurs jours. Je n’ai pas eu non plus de fringales ou de coup de pompes sur ce marathon.

Quels compléments as-tu utilisés ?

Frederic soira au marathon de New YorkJ’ai utilisé avant et pendant ma préparation CLA Fitness 4000 et Maxi Tonic de la marque Natural Nutrition.

Et pendant ma préparation et après l’épreuve, j’ai utilisé la Spiruline  Natural Nutrition Sport.

J’ai augmenté progressivement les doses afin d’éviter d’éventuels désordres intestinaux :

 

  • 1er jour : 1 matin, 1 midi
  • 2eme jour : 2 matin, 2 midi
  • 3eme jour : 3 matin, 3 midi
  • 4eme jour : 4 matin, 4 midi
  • 5eme jour : 5 matin, 5 midi
  • Puis 10 par jour par la suite.

Et en quoi t’ont-ils aidé ?

Comme je le disais, une sensation de confort et de « facilité » pendant la course. On fatigue bien sûr, mais ce niveau de fatigue diminue et arrive plus loin en course. Et je le remarque aussi sur les dernières courses que j’ai faites depuis le marathon.

Je constate aussi dans mon quotidien et mon travail un mieux-être général, plus de tonus, ce qui m’amène à être plus serein et concentré dans mon métier.

Prochains rendez-vous ?

Je referai le marathon de New York, c’est sûr, mais en 2018 sans doute Berlin (liens vers le site).

l'importances des microbiotes intestinales chez le sportif
Non classé, Nutrition, Santé, Sport

L’importance des microbiotes intestinaux chez le sportif

Aujourd’hui en termes d’alimentation et de nutrition, nous recherchons l’équilibre forme, bien-être et santé sur le long terme. Mais on oublie souvent de parler de la synthèse et de la capacité qu’a notre corps d’assimiler des aliments. C’est là que les microbiotes intestinaux interviennent, au cœur du processus d’assimilation

Le microbiote intestinal c’est quoi ?

Il représente l’ensemble des bactéries « amies » ou « ennemies » qui colonisent et composent la flore intestinale du corps humain. Ces bactéries agissent directement au niveau de la digestion, et aussi plus largement sur notre bien-être et notre santé. Ses fonctions sont multiples :

  • Dégradations des composés alimentaires
  • Synthèse des vitamines
  • Protection du tube digestif et du système immunitaire

Notre mode de vie déséquilibre notre microbiote intestinal

Malnutrition, alcool, antibiotiques, stress… sont autant de facteurs qui vont influer négativement sur notre microbiote intestinal, provoquant quotidiennement des dégradations et des destructions au niveau de la muqueuse de l’intestin.

En effet des molécules, des germes et bactéries vont traverser la barrière intestinale pour être mises en circulation dans le sang, conduisant à un état d’inflammation qui peut induire des maladies auto-immunes et différentes allergies.

Prendre soin de son microbiote en adaptant son alimentation ?

Réadapter son alimentation via une alimentation riche en probiotiques et prébiotiques peut aider à remédier à la porosité de la muqueuse intestinale.

Les probiotiques sont un ensemble de micro-organismes vivants qui vont procurer des bénéfices au niveau de la santé lorsque qu’ils sont administrés en quantité adéquate. Ils vont avoir un rôle dans :

  • La synthèse de vitamines
  • L’absorption du calcium, du fer et du magnésium
  • La stimulation de l’immunité et la diminution de l’inflammation du tube digestif.

Nous pouvons trouver ces probiotiques alimentaires dans les légumes et boissons lactofermentés, (kéfir, kombucha…), les olives, les cornichons, etc. Mais aussi dans des compléments alimentaires qui peuvent être utilisés en cure pour une action en profondeur, en utilisant des souches bactériennes provenant de familles diversifiées pour éviter les ballonnements.

Les prébiotiques quant à eux interagissent avec les probiotiques puisqu’ils vont alimenter et entretenir ces « bonnes bactéries ». Nous pouvons les trouver dans les aliments suivants : bananes, oignons, ail, échalotes, topinambours, poireaux, asperges, miel, etc. Et encore une fois dans des compléments.

Microbiote intestinal et performance sportive

L’alimentation joue un rôle prépondérant au niveau de la performance sportive. Tous les sportifs recherchent le meilleur équilibre entre énergie, digestion et récupération.

En efforts longs, beaucoup se plaignent de désagréments digestifs, pénalisant leurs performances. Travailler en amont sur son alimentation va favoriser l’intégrité de nos intestins.

Un microbiote intestinal sain permet d’améliorer l’assimilation, la digestion et de disposer pleinement des nutriments ingérés.

 

Les Ferments lactiques pour le confort digestif des sportifs : Ferments lactiques

 

 

salade, tomates, eau, altère posés sur une table en bois
Santé

Comment la science s’intègre dans la nutrition sportive ?

La nutrition sportive c’est quoi ?

La combinaison entre la science alimentaire et la nutrition humaine, a pour but d’informer les personnes sur les meilleurs moyens pour parvenir à une alimentation plus équilibrée, qui apporte les nutriments nécessaires à l’organisme et sur la façon dont certains nutriments et vitamines sont associés pour obtenir les résultats plus efficaces.

Pourquoi la science est importante pour la nutrition sportive ?

Elle aide à déterminer comment certains compléments alimentaires et médicaments doivent être développés. Les nutriments qui contribuent à améliorer les performances sportives constituent une part importante des recherches actuelles en biochimie et ingénierie chimique.
L’étude des nutriments intègre aussi des méthodes de préservation et de préparation qui sont importantes pour la santé globale des sportifs de haut niveau. Les chercheurs se focalisent sur ces nutriments et leurs effets sur les performances sportives.

L’étude des interactions entre les aliments

Ventre d'une femme sportive

La nutrition sportive s’intéresse également à la façon dont les aliments et leurs composants interagissent les uns avec les autres.

Par exemple, le corps peut absorber certaines vitamines et certains minéraux plus efficacement quand ils sont combinés avec d’autres, ce qui est le cas de la vitamine D et du calcium ou de la vitamine C et du fer par exemple. D’autres études déterminent comment les aliments changent de propriété lorsqu’ils sont préparés ou conservés d’une façon bien spécifique.

Les compléments alimentaires et nutrition sportive

D’autre part, les compléments alimentaires apportent des nutriments supplémentaires à l’organisme ou compensent ce manque pour réguler les apports. Grâce à ces études, les sportifs ont la possibilité de calculer la quantité de protéines qu’ils ont consommée au cours d’une journée et leur apport caloriques pour adapter leur alimentation en fonction de leurs objectifs (perte de poids, cholestérol etc.). Ces mêmes études ont déjà prouvé l’efficacité des compléments alimentaires qui sont consommés avant, pendant ou après l’effort. Et les résultats sont optimaux s’ils sont combinés à une alimentation équilibrée et adaptée au régime des sportifs.

Sport

Des nouvelles de notre judoka !

Michel Conte, notre ambassadeur judoka, est venu nous rendre visite aujourd’hui !

Du 15 au 18 juin 2017, il a participé aux Championnats d’Europe de judo vétéran à Zagreb en M-4 (c’est-à-dire de 45 à 49 ans) dans la catégorie des moins de 60 kilos.

Il a gagné ses deux combats sur trois et devient ainsi Vice champion d’Europe pour la troisième fois. La compétition a rassemblé plus de 800 participants en tout et 124 français. Pour la première fois, la France devient la première nation.

Après avoir été blessé pendant plusieurs mois, il n’avait plus de douleurs ni de souffrances grâce à la prise de nos compléments alimentaires. Avec nos protéines végétales BIO, Michel était serein pendant la pesée car il a pu manger la veille et le jour même. Tout était ok ! Ces dernières lui ont également permis de gagner en énergie pour être au top pendant toute la compétition.

Parce qu’un combat c’est 3 minutes à fond, dans lequel il faut allier résistance et explosivité !

Avant ce genre de compétition, les entraînements sont très intenses : 2 séances de course à pied, du vélo et de la musculation 2 à 3 fois par semaine. Le but est de rester en forme et de garder un rythme soutenu. En tout, il y a 3 à 4 entraînements de judo par semaine, puis 2 par jour pendant 12 semaines. Il adopte un système de pyramide et varie l’intensité et la fréquence.

Dès le lendemain, il reprend l’entrainement et redouble d’efforts en vision de la prochaine grosse compétition : les Championnats du Monde de judo vétéran en octobre à Olbia en Italie.

Avant, il voulait améliorer ses points faibles, mais maintenant il se concentre et mise sur ses points forts. C’est un gros travailleur, il ne s’arrête jamais et même s’il est arrivé deuxième il veut rebondir. Il nous lance pour plaisanter : « Jamais deux sans trois, la troisième est passée donc maintenant c’est bon ! ».

Il compte continuer jusqu’à 80 ans et c’est ce qu’on lui souhaite ! « J’ai déjà été vieux », déclare-t-il, c’est maintenant qu’il profite et qu’il se sent fort.  Il rigole : « J’oublie souvent l’âge que j’ai ».

Pour découvrir son parcours et notre interview de lui cliquez ici.